Livraison gratuite pour la France et la Belgique

Votre panier est vide.

Pourquoi ne pas essayer un de ces produits ?

Les tapis ottomans de Soliman le Magnifique : l'histoire de deux empires

Les tapis ottomans antiques de Soliman le Magnifique

En admirant les magnifiques tapis anciens produits par les artisans persans et ottomans , il est facile de voir plus de similitudes que de différences. Ils présentent tous deux un jardin de couleurs et de dessins complexes qui fascinent et captivent à la fois. Cependant, même s'il existe des similitudes dans le design et la couleur, confondre les deux à la Cour de Soliman le Magnifique aurait été de mettre votre vie en péril. Ce grand souverain ottoman, Soliman le Magnifique, a nié avec ferveur toute influence perse dans l'art et/ou le design.

Soliman le Magnifique |  Nazmiyal

Portrait de Soliman le Magnifique

Les Ottomans de Soliman le Magnifique Vs le Persan - Un conte de deux empires :

L'histoire de la dynastie perse safavide et de la montée des Turcs ottomans, pour devenir de grands empires, a de nombreux parallèles. Avant la montée de ces grandes dynasties, la région du Moyen-Orient était principalement occupée par des cultures tribales qui se disputaient le contrôle des pâturages. En 1520, Suleiman I - AKA "Soliman le Magnifique", est devenu le dixième et le plus ancien souverain ottoman régnant. Il est devenu connu sous le nom de "Le Législateur Suleiman" ou "Soliman le Magnifique". Sous son règne, l'Empire ottoman se développerait pour englober 25 millions de personnes et un vaste territoire.

Sous Suleiman, l'Empire ottoman entrerait dans son âge d'or du développement artistique et culturel. Ce dirigeant ottoman emblématique a fortement soutenu le mécénat des arts. Il fonda Ehl-i Hiref , qui se traduit par « Communauté des artisans ». Cette communauté d'artisans était administrée depuis le siège impérial du palais de Topkapi . Cette communauté a établi un programme formel d'apprentissage où les artisans progressaient dans leur rang et recevaient des versements trimestriels annuels proportionnés à leur niveau de compétences. Des documents de 1526 répertorient 40 sociétés différentes avec plus de 600 artisans membres. Il comprenait certains des artistes les plus talentueux de la cour. Bien sûr, les tisseurs de tapis ottomans figuraient parmi eux.

Palais de Topkapi Turquie - Nazmiyal Tapis Anciens

Palais de Topkapi Turquie

Les tisserands de tapis et textiles ottomans de cette communauté ont été chargés de créer de magnifiques tapis de prière personnalisés pour les cours royales des souverains ottomans. On peut noter que la Cour ottomane est connue pour son stricte adhésion à l'islam. Il n'est pas surprenant que nous commencions à voir les motifs géométriques et plus grands en mosaïque que l'on trouvait dans l'architecture et d'autres arts islamiques de l'époque.

Les tapis orientaux étaient destinés à montrer la richesse des dirigeants ottomans. Ils étaient des cadeaux diplomatiques et étaient utilisés pour orner les mosquées et les bâtiments parrainés par l'État.

Des peintures miniatures de l'époque montraient ces tapis ottomans sous des tentes extérieures massives lors de réceptions officielles. Ces peintures indiquent que certains tapis épiques à grande échelle ont été produits. Ils sont souvent représentés superposés les uns sur les autres . Les dessins étaient standardisés et dictés aux artisans de la communauté. Les artisans n'étaient pas les concepteurs, c'est plutôt la cour elle-même qui dictait les motifs qui devaient être utilisés dans tous les artisans de la communauté. Ces motifs de conception standardisés, parrainés par l'État et «approuvés» se sont retrouvés dans la reliure, la peinture miniature, la poterie, les textiles  et l'architecture .. Les artisans eux-mêmes avaient peu de liberté artistique et étaient tenus à des normes strictes. Il y a même des allusions non documentées dans les écrits de l'époque, que le souverain ottoman lui-même, Suleiman, a créé certains de ces dessins.

Bien que l'on puisse trouver des ressemblances avec les dessins et motifs tribaux utilisés par les tribus anatoliennes , la cour a nié avec ferveur ces influences. Ils s'attribuent le mérite de l'introduction du style floral "saz" avec de longues feuilles sinueuses tout au long du design. Ils utilisaient beaucoup de fleurs indigènes, telles que les roses, les jacinthes et les tulipes.

Carrelage du 16ème siècle avec motif de feuilles de Saz par Nazmiyal Antique Rugs

Carreau du 16ème Siècle à Motif de Feuilles "Saz"

Le motif Chintamani , parfois appelé « rayures tigrées », est un autre motif apparu à cette époque. Ce design particulier est associé à la cour ottomane, et ils l'ont considéré de la même manière que nous associons une certaine marque à une entreprise.

Velours de soie à motif Chintamani ottoman du XVIe siècle par Nazmiyal Antique Rugs

Velours de soie à motif Chintamani ottoman du XVIe siècle

La Cour ottomane a encouragé le strict respect de la religion musulmane, ce qui a conduit au développement et à l'introduction du design du mihrab, ou tapis de prière .

Mihrab Design Tapis de prière islamique antique musulman Nazmiyal

Mihrab Design dans un tapis de prière antique islamique musulman

Un autre aspect remarquable, des tapis des cours de Soliman le Magnifique, est leurs méthodes de construction. Les tapis de cour ottomans utilisent de la laine filée en S , plutôt que de la laine filée en Z comme on en trouve en Perse et dans d'autres parties du monde. La laine filée en S est attribuée aux tapis de l'Égypte ancienne . Ils nécessitent une technique de filature différente de la laine filée en Z. Pour déterminer si un tapis ancien est d'origine turque ou perse, c'est souvent un facteur décisif.

« Diagramme de laine filée en Z et filée en S » par nazmiyal

Diagramme de laine filée en Z et filée en S

Une autre différence structurelle est l'utilisation du Ghiordes (ou nœud de tapis symétrique ), plutôt que du Senneh (ou nœud asymétrique) que l'on trouve généralement en Perse et dans toute l'Asie. Le nœud Ghiordes ne permet pas les courbes fines que l'on retrouve dans les tapis persans, et il est plus adapté aux dessins géométriques des Ottomans. Cependant, il est également un peu plus solide car il s'enroule autour de deux fils de chaîne au lieu d'un.

Nœuds de tapis symétriques et asymétriques par Nazmiyal

Nœuds de tapis symétriques et asymétriques

Arts de la cour du souverain ottoman Suleiman contre les arts de la cour perse safavide de Shah Abbas

Si l'histoire de l'âge d'or des arts de la cour ottomane semble familière, c'est parce qu'elle est similaire au développement de l'âge d'or des arts dans l'empire perse. Seulement 50 ans après que Suleiman ait établi son système formel d'artisans de la cour, Shah Abbas I  a commencé à apporter des changements similaires dans l' art de la dynastie perse safavide . Abbas a gouverné la Perse de 1588 à 1629. Les conceptions de la dynastie safavide semblent similaires à celles trouvées dans l'Empire ottoman.

Mais il y a un grand débat parmi les érudits, qui imite un grand débat sur la poule ou l'œuf. Le débat porte sur la question de savoir si les conceptions persanes existantes ont fortement influencé les Ottomans ou si les conceptions persanes ont copié les conceptions de la cour des Ottomans.

Shah Abbas, Art islamique dans les tapis anciens, Collection Nazmiyal

Shah Abbas, une force historique derrière l'art et les tapis islamiques.

Bien sûr, les deux parties prétendent avoir raison. Les deux dynasties ont partagé une frontière longue et mobile pendant un certain temps, et il y avait inévitablement des échanges culturels dans ces deux dynasties. Cependant, tous deux revendiquaient les premiers droits sur leurs créations et qu'ils en étaient l'auteur original. Tous deux ont utilisé ces conceptions pour élever la gloire de leurs empires.

On peut noter que si les tapis de cour du souverain ottoman Suleiman respectaient la publication de dessins «officiels», les tisserands de tapis persans avaient beaucoup plus de liberté. C'est parce que "l'emprise" de l'islam était plus lâche sur eux. Beaucoup pratiquaient encore le zoroastrisme et continuaient à incorporer les dessins tribaux ancestraux traditionnels dans des œuvres formelles pour les tribunaux persans. Les tribus anatoliennes éloignées produisaient encore ces anciens motifs tribaux, mais ils ont été officiellement effacés de la Cour du souverain Suleiman et remplacés par des motifs de tapis notamment islamiques .

Tapis de prière Kirshehir turc tribal antique oriental |  Nazmiyal

Tapis de prière Kirshehir turc tribal antique oriental

Cours ottomanes et perses – Une rivalité artistique intense

Les tribunaux ottomans et persans étaient d'intenses rivaux politiques. Tous deux se disputaient la domination dans l'exportation de leurs marchandises vers le marché européen . Pendant tout ce temps, ils s'accusaient de voler les desseins de l'autre. Soliman le Magnifique a continué à promouvoir les œuvres des artisans persans comme inférieures à celles de ses propres artisans de cour. Au cours des premières années où les Ottomans et les Safavides étaient voisins, il y a eu cinq périodes de guerre différentes entre eux. De 1532 à 1639, il y avait moins d'années où les deux étaient en paix que quand ils étaient en guerre .

Les cohérences entre les dessins des textiles et des tapis des cours ottomanes sont intentionnelles. Cela est vrai en ce qui concerne les motifs utilisés, et aussi, avec l'échelle des dessins. Les conceptions ottomanes sont considérablement plus grandes que les conceptions persanes. Suleiman voulait que les conceptions ottomanes soient distinctement différentes et a émis des mandats à cet effet, car les conceptions persanes ont tendance à être plus délicates et plus fluides.

Il est facile de confondre les œuvres des Ottomans et des premiers empires perses. Malgré leur négation, il existe de nombreuses similitudes car on peut trouver une utilisation similaire des couleurs et des motifs. La plus grande différence réside dans les motifs géométriques plus grands et le style structurel différent utilisé dans les tapis des Turcs ottomans. Les tapis ottomans antiques produits par la Cour de Soliman le Magnifique sont délibérément différents de ceux des Safavides. Cependant, concernant la rivalité dont on était à l'origine, le verdict est toujours tombé, et on ne sait pas si ce débat sera un jour tranché.

Néanmoins, nous sommes heureux d'offrir une variété de tapis ottomans et persans. Vous apprécierez les magnifiques couleurs et motifs produits des deux côtés de la frontière. N'hésitez pas à rechercher dans notre collection de tapis et de textiles et peut-être trouverez-vous le complément parfait à votre propre palais .

Voici quelques beaux textiles ottomans de notre collection :

Textile de broderie ottomane antique du XVIIIe siècle |  Nazmiyal

Textile de Broderie Ottoman Antique du 18ème Siècle

Rare collection de textiles de broderie en soie ottomane antique par Nazmiyal Antique Rugs

Textile de broderie en soie ottomane antique de collection rare

Textile de broderie ottomane du XVIe siècle 70850 par Nazmiyal Antique Rugs

Textile de broderie ottomane du XVIe siècle # 70850

Textile Brodé Ottoman Antique du 17ème Siècle par Nazmiyal NYC

Textile brodé ottoman antique du XVIIe siècle

Broderie Ottomane Turque Du 17ème Siècle Ronde Nazmiyal

Textile De Broderie Ottomane Turque Du XVIIe Siècle Rond

Textile ottoman antique du XVIIe siècle |  Nazmiyal

Textile Ottoman Antique du 17ème Siècle

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés

Articles récents